GLOSSAIRE

Retour à la page d'accueil du site

ou

pressez sur "Précédent" dans votre explorateur internet
pour revenir à votre point de départ

Page en perpétuelle construction. Liens actifs : : liens inactifs :


ASCII
American Standard Code for Interchange of Information
Code Standard pour l'interchange des informations.
C'est un code permettant de représenter des lettres, des chiffres ou la plupart des signes de la dactylographie courante, par des codes binaires.

Exemple : La lettre 'A' est représentée en ASCII par le nombre binaire 0100 0001 ; soit 41 en hexadécimal ou 65 en décimal.

Ce code a été inventé avec les téléscripteurs (ancien TELEX) : seul moyen de transmettre des télégrammes écrits de manière immédiate, sur des longues distances par des fils de téléphone aménagés spécialement.

A ses débuts, il ne comportait que cinq bits, ce qui interdisait entre autre de différencier majuscules et minuscules.
Des perfectionnements ont été apportés par une extension à sept bits lors de l'avènement des premiers ordinateurs.
Puis d'autres codes ont été inventés pour augmenter le nombre de caractères (caractères semi-graphiques) et leurs caractéristiques (couleur notamment).
La tendance actuelle est à l'utilisation d'un nouveau codage : UNICODE permettant d'attribuer aux caractères toutes les propriétés des traitements de texte modernes.

Pour plus de détails : hyperlien : Codes ASCII



CCITT

Comite Consultatif International de Télégraphie et Téléphonie.
Ancien organisme international sis à Gèneve, chargé de recommander des standards pour tous équipements et systèmes de télécommunications y compris pour la restitution et compression de signaux sonores : les codecs.

Il est surtout connu pour ses fameux "avis V" tels que "V 24" - "V.34" etc. concernant les liaisons ordinateur-modem et les modems eux-mêmes.

Le nom de cette organisation a changé en ITU-T (International Telecommunications Union-Telecommunication).

 


Datagramme (Service Datagramme)

Une trame ou un paquet de données sont des datagrammes (ou sont envoyés en mode datagramme) si on se désintéresse totalement de leur sort une fois envoyés.

Ce "service", qui n'en est pas un, est réservé à des trames ou paquets dont on sait que, s'ils n'arrivent pas, ou cela n'a aucune importance (transmission de la voix, etc.), ou leur absence sera détectée par l'application ou des couches supérieures et ils seront réclamés.

"Datagramme" rappelle "Télégramme" ancien service de "La Poste" passant par le "Telex" et qui permettait d'envoyer très rapidement des messages télé-dactylographiés sur papier mais sans accusé de réception.

 


ETTD

Synonymes : Noeud, Station, ETTD, Hôte...

ETTD = Equipement Terminal de Traitement des Données (dans la dénomination ISO).
On désigne ainsi tout équipement informatique susceptible d'échanger des données avec un réseau.
S'emploie surtout pour un ordinateur ou dispositif informatique relié à un réseau étendu WAN par une liaison pint à point.
Synonyme : ETTD , nom d'un noeudSynonyme : Hôte ( Host ) est une dénomination appartenant à la communauté Internet.

Ne pas confondre avec ETCD : Equipement de Terminaison du Circuit de Données, toujours dans la dénomination de l'ISO, qui désigne un dispositif matériel d'interface entre un ordinateur et une voie de transmission de données. Exemple : modems, codeurs-décodeurs numériques type RNIS etc.

 


FCS ou CRC

FCS : Frame Check Sequence - Séquence de contrôle de trame - Terme fonctionnel -

CRC : Cyclic Redundancy Code - Code de redondance cyclique - Terme mathématique -

C'est un moyen de détecter et non de corriger une ou des erreurs ayant éventuellement entâché une trame de données : généralement par suite de perturbations sur la ligne de transmission..

Trame de données (niveau OSI 2 Liaison)
Délimiteur
Données
FCS
Délimiteur

FCS ou CRC sont le résultat d'une opération mathématique de type polynomial effectuée sur toute l'étendue de la trame, sauf délimiteurs, par la machine émettrice de cette trame.

Ce résultat est ajouté à la suite de ladite trame émise.
La machine réceptrice fait un calcul analogue et compare les résulats.

S'ils diffèrent, on est sûr qu'il y a eu une erreur.
S'ils sont identiques, la probabilité pour qu'il y ait eu une erreur est très faible.

Ce mécanisme ne corrige pas les erreurs. Il ne peut que permettre de détecter qu'il y en a eu.
La suite à donner dépend du type de protocole de liaison utilisé.

 


LAN

Local Area Networs : réseaux locaux, traduit en français par RLE ou Réseaux Locaux d'Entreprise.
Ce sont des réseaux à faible étendue : celle de l'entreprise localisée dans un site. Une entreprise étendue sur un territoire doit généralement passer par un WAN pour relier les divers LAN de chacun de ses sites. A moins de disposer d'un réseau métropolitain de type MAN.


MAN

Metropolitan area Networks : réseaux locaux à étendue métropolitaine.


NOEUD

Noeud, Station, ETTD, Hôte...

On désigne ainsi tout équipement informatique susceptible d'échanger des données sur le réseau.
Ce peut être l'un des ordinateurs d'un réseau local, deux ordinateurs reliés à un réseau étendu WAN, un routeur, un commutateur.
Un répéteur n'est pas à proprement dit un noeud : il n'a pas d'adresse ni des moyens de traiter l'information autrement que physiquement.

Ce peut être aussi un ETTD (Equipement Terminal de Traitement des Données), nom de la dénomination ISO.
Synonyme : Hôte ( Host ) est une dénomination appartenant à la communauté Internet.

 


POTS Plain Old Telephone System "Vieux et Plat Système Téléphonique" rien que ça ! - Ce sigle POTS est un néologisme un tantinet méprisant par lequel on qualifie le réseau terminal d'abonné du système téléphonique analogique classique (que nous utilisons encore, à moins d'être connecté à RNIS ou à ADSL). Il est surtout utilisé par les tenants des techniques ADSL pour stigmatiser la limitation de la bande passante de 0 à 4 kHz (pratiquement 300 Hz - 3,5 kHz) imposée par la boucle terminale d'abonné analogique.
Voir sur ce site l'article consacré à la téléphonie : Téléphonie POTS


Routeurs, passerelles, gateways, systèmes intermédiaires.

Dispositifs placés aux noeuds d'un réseau maillé et permettant de trouver la meilleure direction pour acheminer des paquets de données vers leur destination finale.
Les routeurs se basent sur l'information située sur les entêtes de paquets de niveau 3 - Réseau.

Les routeurs sont appelés Systèmes intermédiaires dans les documents OSI


D'anciennes documentations les appellent aussi Passerelles - gateways.
Exemple : la "passerelle par défaut" d'un réseau local, permettant de rediriger les trames émises par un hôte du réseau destinées à un hôte d'un autre réseau.
Le mot "passerelle" a actuellement un sens très différent (passerelle d'application), voir Interconnexion des réseaux. - Passerelles -

Ne pas confondre avec d'autres dispositifs comme les commutateurs - switch - qui se basent sur les entêtes de niveau 2 - liaison.
Voir aussi : Interconnexion des réseaux - Commutateurs -


 


VLSI

Very Large Scale Integration. Se dit des circuits intégrés à haut degré d'intégration, qui permettent de réaliser des circuits logiques d'une complexité colossale rendant possible la résolution de fonctions combinatoires et séquentielles bien plus rapidement que ne le ferait un microprocesseur en logique programmée.

Il faut quelques nanosecondes à un microprocesseur pour exécuter une seule instruction. Une comparaison de deux codes binaires nécessite plusieurs dizaines d'instructions plus des accès aux bus, pénalisants en temps.

La comparaison de deux nombres binaires se fait en quelques nanosecondes. Le rapport peut aller de 1 à 100, voire 1000.

En revanche, la logique VLSI réalise bien très rapidement les fonctions pour lequelles elle a été construite, mais elle réalise toujours ces mêmes fonctions ; elle ne peut pas en changer.


WAN

Wide area Networks : réseaux à étendue nationale ou internationale.
Ces réseaux sont généralement constitués par des noeuds de transfert qui peuvent être des routeurs : ou des commutateurs :