Des notes destinées à éclaircir certains points
ou à apporter d'intéressants suppléments d'information
sont programmées pour apparaître lorsqu'on passe le curseur de souris
sur des icônes telles que
          
Pour des raisons de sécurité, certains navigateurs
bloquent l'apparition de ces notes (programmées en JavaScript) .

Des précieuses informations,
aidant à comprendre,
à se repérer, à étendre ses connaisances sont alors perdues.
Ainsi que les réponses aux exercices,


AUTORISEZ DONC VOTRE NAVIGATEUR A OUVRIR CES SCRIPTS !


Ce site n'a aucun but commercial !

TCP/IP

3 ° Adresses IP
(Internet Protocol)
Sommaire

du Site
Choix par Menu ou Parcours Séquentiel
 
Avant :
TCP / IP
  
Suite :
Réseaux IP

 

Les adresses IP parmi tant d'autres ...

1° Il faut bien nommer les hôtes...

Il est bien évident que chaque hôte d'un réseau qu'il soit un ordinateur, une imprimante, un routeur etc.
doit avoir un identificateur ou une adresse propre et unique, sinon comment-pourrait-on le localiser ?

Lors des premières créations de réseaux, l'idée de donner un nom propre tel que "Comptabilité", "Soleil",
"Nantes", "Armaguedon", etc. est venue à plus d'un et en particulier à Microsoft.

Ce type de désignation des hôtes d'un réseau a été réellement utilisé sous le nom de "Noms NetBIOS".


2° Noms NetBIOS

Les Systèmes d'exploitation ( Disk Operating Systems, souvent abrégé en l'acronyme DOS)
sont des programmes informatiques constituent la partie purement fonctionnelle des ordinateurs.
Les programmes applicatifs, nommés aussi "applications" qu'on installe par la suite
se servent du système d'exploitation.

Entre autre, ces systèmes d'exploitation gèrent les disques (d'où leur nom "DOS").
C'est une tâche complexe qui comporte le stockage de données, des programmes,
le lancement des applicatifs...

Or un ordinateur communique avec l'extérieur : clavier, écran, souris, etc.

Il faut préciser ici que la firme Microsoft ne commercialise que les systèmes d'exploitation. Du logiciel.
Les PC ( Personal Computers) sont matériellement fabriqués par des tierces parties).

Le problème est que les DOS Microsoft sont gardés secrets !
Ce ne sont pas des logiciels libres comme Linux p.ex.

Comment alors les fabricants de claviers, d'écrans, d'imprimantes, etc. (appelons-les "périphériques")
peuvent-ils faire dialoguer leurs machines avec un ordinateur dont le logiciel qu l'anime
reste un secret de fabrication ?

La réponse est une interface logicielle interposée entre le logiciel interne DOS
et les divers dispositifs externes (entrées et sorties, les périphériques).

La connaissance du logiciel interne nécessaire aux dialogues
se limitera ainsi à un certain nombre de commandes conventionnelles
publiées par le concepteur du DOS.

Le logiciel additif nécessaire à cet échange se nomme :
" Basic Input Output System" (le BIOS)
Bien sûr, le BIOS est programmé par le même constructeur, son code reste secret,
seules les commandes sont publiées à l'usage des programmeurs.

Lorsqu'arrivèrent les premiers réseaux, il fallut compléter le BIOS
par des nouvelles commandes d'échange : le NetBIOS

Les hôtes du réseau y étaient désignés par des noms en clair : "Directeur", "Adjoint01", etc...
Certaines règles limitent toutefois les types de caractères à employer et la longueur.


Les noms NetBIOS peuvent être et sont considérés comme des adresses d'hôte
dans un réseau géré par un logiciel Microsoft puis étendu aux autres systèmes d'exploitation..

Mais ....!
Si les noms NetBIOS donnent satisfaction dans le réseau d'une toute petite entreprise
où l'on peut fort bien empêcher deux employés de nommer leur ordinateur "Charles"
en les priant de choisir des noms différents,
allez donc empêcher deux entreprises qui ne se connaissent pas
de donner à l'un de leurs ordinateur le nom "Comptabilité" ou "Direction".

Au niveau mondial il s'avérerait impossible de gérer ce gigantesque répertoire de noms
pouvant, de plus, changer d'un instant à l'autre lors des créations d'hôtes nouveaux
ou des suppressions d'anciens.

Il fallait trouver autre chose !


3° Adresses MAC

Un moyen existe pourtant : les adresses matérielles ou adresses MAC ( Media Access Control").

Chaque carte d'interface d'un hôte sur un réseau (
Media Access Card )
est physiquement dotée à la fabrication d'une adresse dite "unique".

Ce qui signifie que deux cartes différentes ont automatiquement des adresses différentes,
où qu'elle aient été construites dans le monde.

Comment peut-on en être sûr ?

  • Ces adreses s'écrivent sur 6 octets
  • Les 3 octets de tête sont destinés à l'identité du constructeur : chiffre attribué par une autorité mondiale.
  • On peut immatriculer ainsi 4 194 304 constructeurs !
  • Les 3 octets restants permettent à chaque constructeur de numéroter ses cartes ou interfaces diverses.
    Ce qui lui laisse plus de 16 millions de possibilités !

Pour plus de renseignements sur les adresses MAC cliquer ici :

Hélàs !

Ce type d'adressage n'a pas la souplesse nécesaire pour structurer des réseaux
en sous-réseaux de manière hiérarchique facilement configurable.

C'est pourquoi furent inventées les adresses IP que nous allons examioner maintenant.


Mais...n'oubliez pas les adresses MAC, qui nous rendront bientôt de grands services
dans certains types de recherche des hôtes d'un sous-réseau.


4° Adresses IP

Pourquoi a-t-on mis en place le système d'adresses IP ?

Les adresses NetBIOS et les adresses MAC ont un grave défaut : elles donnent le nom d'un hôte et rien d'autre.

Or, lorsqu'on doit gèrer des réseaux étendus et complexes, on ne peut laisser à chacun le soin de nommer son poste de travail ou son imprimante comme avec NetBios, les doublons qui en résulteraient paralyseraient rapidement tout le réseau.

Avec MAC on est pratiquement garanti de l'unicité, mais comment gérer hiérarchiquement ce type adresses ?.
Une bonne gestion d'un réseau exige en effet la possibilité de le fragmenter en sous-réseaux puis sous-sous réseaux de manière hiérarchique et contrôlable, ce qui n'est pas possible par les noms NetBios, mais le sera par l'adressage IP.
Lien à la page décrivant la configuration mondiale des adresses IP propre à Internet :

Un système d'adressage doit être totalement maîtrisable : les problèmes actuels de délinquance sur le Net nous en démontrent la necessité

Internet fut le premier réseau étendu à avoir éprouvé le besoin d'établir un système d'adressage centralisé, vu son étendue et la multiplicité des hôtes ainsi que leur mobilité.
D'un instant à l'autre, des hôtes apparaissent et d'autres disparaissent au gré des besoins.
La solution fut le système des adresses IP (Internet Protocol) que nous examinerons ici.

Même à l'intérieur d'une entreprise ce type de gestion hiérarchisée est indispensable.
Un réseau professionnel peut, par exemple, grouper des sous-réseaux d'ordinateurs réservés aux comptables,
d'autres sous-réseaux aux ingénieurs de conception, d'autres aux commerciaux etc.

Ce n'est pas seulement une question de localisation topologique mais également de particularités physiques, logicielles et organisationnelles liées à chacune des spécialités de l'entreprise.

Ainsi, les hôtes de chacun de ces sous-réseaux (postes de travail, imprimantes, scanneurs, etc.) sont généralement groupés sur un sous-réseau physique. Voir "Couches physiques des réseaux" en

Chacun des sous-réseaux est relié à un routeur qui a pour fonction de faciliter et accélérer l'échange des messages entre hôtes, entre sous-réseaux et aussi vers ou depuis les réseaux distants externes. Voir la rubrique "Routage" en

Grâce au système des adresses IP, un organisme de supervision pourra allouer des identificateurs uniques à chacun des hôtes, permettre la segmentation en sous-réseaux et leur gestion centralisée.
.
Cet organisme peut être international - c'est le cas de l ' IANA qui gère Internet - ou privé au sein d'une même entreprise.
Auquel cas les normes internationales devront être respectées pour tout échange extérieur...
il est d'ailleurs plus simple de faire en sorte qu'elles le soient déjà à l'intérieur.


5° - Masque de sous-réseau


Le système des adresses IP est fondé, pour chaque hôte, sur l'ensemble :

  • d'une Adresse IP
    (indentifiant un hôte d'un réseau)

  • et de son Masque de sous-réseau.
    (identifiant le sous-réseau dans lequel se trouve l'hôte)
A eux deux, ces éléments vont permettre une segmentation hiérarchisée de tout réseau
en sous-réseaux parfaitement identifiés et gérables à un échelon supérieur.
En particulier, ce système doit permettre :
  • de segmenter un réseau en sous-réseaux.
  • d'attribuer une adresse de sous-réseau à chacun d'eux.
  • d'attribuer une adresse d'hôte dans le sous-réseau à chacun des hôtes de chaque sous-réseau.
Toutes les opérations devront pouvoir être réalisées le plus rapidement possible
par les circuits de calcul des interfaces électroniques.
Ce qui explique leur caractère booléen.

Par définition, une adresse IP s'écrit sur 4 octets. Elle ressemble, par exemple, à ceci :

11000000 00101101 00100011 00001001

Un masque de sous-réseau (identifiant le sous-réseau parmi d'autres)
ressemble, par exemple, à ceci :

11111111 11111111 11110000 00000000

Ce masque permet, par une opération ET exclusif Bit à Bit sur une adresse IP quelconque
d'obtenir la partie de cette adresse correspondant aux chiffres "1"

10101101 00100110 01010110 10110111
11111111 11111111 11110000 00000000
----------------------------------------------
10101101 00100110 01010000 00000000

Ce masquage permet de séparer, dans l'adresse IP d'un hôte du réseau général,
de l'adresse de l'ôte (ici en rouge) dans ce sous-réseau.

C'est une convention.



Vers une écriture plus pratique ?

L'écriture binaire est propice aux erreurs et fatigue les yeux !

C'est pourquoi on lui préfère tout bonnement l'écriture décimale .Quoique ...
Traduisez donc l'adresse IP binaire ci-desus en décimal et voyez si par hasard vous ne tombez pas sur :

IP = 192.45.35.9

Ah, c'est déjà plus sympa !

Quant au masque de sous-réseau, ne serait-ce pas :

MSK = 255.255.240.0

Notation CIDR :

Exercice
Combien d'hôtes différents peut-on désigner
avec les quatre octets d'une adresse IP ?
Réponse ici :

Si vous n'êtes pas familier(e) des traductions binaires-décimales voyez la page : numération


6° - Mise en oeuvre

Pour faciliter la compréhension, nous allons partir d'un problème qui se pose à tout concepteur de réseau.
Il dispose d'une plage d'adresses IP et dans cette plage, il doit loger un certain nombre de sous-réseaux.

Mettons que la plage d'adresses imposée soit comprise entre :

11000000 10101000 10101010 00000000 - Déc. : 192.168.170.0
. . . . . . . . à . . . . . . . . .
11000000 10101000 10101010 11111111 - Déc. : 192.168.170.255

Une adresse quelconque de cet espace peut s'exprimer par :
11000000 10101000 10101010 XXXXXXXX
avec X = 0 ou 1

Mettons qu'il ait quatre sous-réseaux d'étendue identique à loger dans cet espace d'adresses.
Comme il faut deux bits pour compter jusqu'à quatre (0 à 3 en fait), je vais diviser l'espace de la manière suivante :

11000000 10101000 10101010 00000000 - Déc. : 192.168.170.0
. . . . . . . . à . . . . . . . . .
11000000 10101000 10101010 00111111 - Déc. : 192.168.170.63
11000000 10101000 10101010 01000000 - Déc. : 192.168.170.64
. . . . . . . . à . . . . . . . . .
11000000 10101000 10101010 01111111 - Déc. : 192.168.170.127
11000000 10101000 10101010 10000000 - Déc. : 192.168.170.128
. . . . . . . . à . . . . . . . . .
11000000 10101000 10101010 10111111 - Déc. : 192.168.170.191
11000000 10101000 10101010 11000000 - Déc. : 192.168.170.192
. . . . . . . . à . . . . . . . . .
11000000 10101000 10101010 11111111 - Déc. : 192.168.170.255

Chaque sous-espace ainsi créé, correspondant à un sous-réseau, contient 64 adresses.
(qui n'ont pas toutes le droit d'être des adresses d'hôtes comme nous le verrons)

Constatez que dans cette manière de procéder évite tout doublon d'adresses IP.
Des explications supplémentaires ?



Composantes d'une adresse IP
1 - Identificateurs de sous-réseau
SubNet ID
2 - Identificateurs d'hôte de sous-réseau
Host ID
3 - Masque de sous-réseau
Subnet Mask


Schéma valable pour l'exemple ci-dessus seulement

Voyons cela de plus près...

1° Identificateurs de sous-réseau ( SubNet ID ou Net ID )

Observez que les adresses les plus basses dans chaque réseau sont :

11000000 10101000 10101010 00000000
11000000 10101000 10101010 01000000

11000000 10101000 10101010 10000000
11000000 10101000 10101010 11000000

Par convention, aucune de ces adresses n'est autorisée à désigner un hôte.
du fait qu'on leur attribue le rôle d'identificateurs du sous-réseau correspondant.


11000000 10101000 10101010 00000000 - SubNet ID du Sous-Réseau 0
11000000 10101000 10101010 01000000
- SubNet ID du Sous-Réseau 1
11000000 10101000 10101010 10000000 - SubNet ID du Sous-Réseau 2

11000000 10101000 10101010 11000000 - SubNet ID du Sous-Réseau 2

Ainsi, dans le système IP, chaque sous-réseau a une adresse l'identifiant de manière unique .
Un identifiant (une adresse) de sous-réseau ne désigne ni un hôte particulier
ni l'ensemble des hôtes du sous-réseau
mais LE SOUS-RESEAU LUI-MÊME.


2° Identificateurs d'hôte dans son sous-réseau

Mieux !
A l'intérieur de chaque sous-réseau les adresses des hôtes peuvent être simplifiées.
Dans l'exemple précédent, les six chiffres à droite suffisent pour les distinguer dans leur sous-réseau.
Ces adresses vont de 000000 à 111111 dans chacun des sous-réseaux de l'exemple.

Mais attention !
Nous avons dit que les adresses IP correspondant à 000000 servent à désigner le sous-réseau.
Elles ne peuvent donc pas être des adresses d'hôtes.


De même les adresses composées uniquement de "1" (telle : 111111)
correspondent par convention à des adresses dites de diffusion
( Broadcast ).
Elles désignent l'ensemble des hôtes du sous-réseau
Un message portant ce type d'adresse sera délivré, par convention,
à l'ensemble des hôtes du sous-réseau.
(C'est très utile comme nous le verrons)
.

Par exemple : l'adresse IP :
11000000 10101000 10101010 10111111 - Déc. 192.168.170.191 -
est l'adresse de diffusion ( Broadcast ) dans l'avant-dernier des quatre sous-réseaux de l'exemple ci-dessus.
Tandis que
11000000 10101000 10101010 10000000 - Déc. 192.168.170.128 -
est l'adresse de sous-réseau ( NetID ) de l'avant-dernier des quatre sous-réseaux de l'exemple ci-dessus.

Une adresse de diffusion désigne TOUS LES HOTES DU SOUS-RESEAU
Une trame envoyée avec cette adresse sera reçue par l'ensemble de hôtes du sous-réseau.


En définitive, les adresses simplifiées des hôtes possibles
dans chacun des sous-réseaux de l'exemple précédent
vont de 000001 à 111110 - Décimal : 1 à 62

Ce sont des "Adresses d'hôte dans le sous-réseau" : Host ID.
A ne pas confondre avec les adresses IP de ces hôtes, toutes différentes.

Les adresses "Host ID" (Exemple : 010111) ne peuvent correctement désigner les hôtes, que s'ils sont vus de l'intérieur du sous-réseau correspondant.
(c.à.d. de puis un hôte de ce même réseau)


Lorsqu'on veut désingner un hôte d'un sous-réseau depuis l'extérieur du sous-réseau
il faut donner son adresse IP complète, en l'occurrence, dans notre exemple :

Soit :
11000000 10101000 10101010 00010111
Soit : 11000000 10101000 10101010 01
010111
Soit : 11000000 10101000 10101010 10
010111
Soit : 11000000 10101000 10101010 11010111


Suivant le réseau auquel il appartient !

Ces 4 nombres sont les adresses IP de 4 hôtes différents ayant le même HosID dans 4 sous-réseaux différents.


Règles à retenir
1 °
L'adresse d'hôte ( Host ID) ne contenant que des "1" désigne tous les hôtes du sous-réseau.
On l'appelle l'adresse de Diffusion - Brodcasting -

Dans l'exemple précédent ce serait
:
00000000 00000000 00001111 11111111

l'adresse IP complète de diffusion (
Broadcast ) dans le sous-réseau est donc :
11000000 00101101 00101111 11111111
2 °
Aucun hôte ne peut avoir une adresse d'Hôte (
Host ID) exclusivement composée de zéros.
Car l'IP correspondante coïnciderait avec l'adresse de réseau SsR - Net ID -


Dans l'exemple précédent ce serait (Host ID impossible)
00000000 00000000 00000000 00000000

l'adresse IP complète coïnciderait avec l'identificateur du sous-réseau SsR -
Net ID -
11000000 00101101 00100000 00000000
Conclusion
Dans l'étendue des adresses d'un sous-réseau,
la plus basse et la plus haute sont indisponibles pour désigner des hôtes.


7° Masques de sous-réseau

Le masque de sous-réseau s'obtient en mettant à "1" tous les bits de l'adresse IP
sauf ceux disponibles pour l'adresse de l'hôte dans le sous-réseau.
Lesquels sont mis à 0
Il est utilisé par les routeurs pour déterminer le sous-réseau (NetID) auquel appartient une adresse IP.
ainsi que l'adresse de l'hôte (HostID) dans le sous-réseau.
L'opération sera réalisée par des circuits de logique combinatoire ou programmée.

Exemple de détermination du masque de sous-réseau tiré du réseau précédent,
rappelez-le en pointant ici :

Adres. IP = 11000000 10101000 10101010 01010111
MaskSsRés = 11111111 11111111 11111111 11000000



(SubNet ID ou Net ID) d'après l'adresse IP

Réalisons l'opération logique ET BIT-A-BIT ( BITWISE AND) entre l'adresse IP et le Masque.
Adres. IP = 11000000 10101000 10101010 01010111
Masque... = 11111111 11111111 11111111 11000000
-----------------------------------------------
IP ET MSK =
11000000 10101000 10101010 01000000
Nous obtenons l'identificateur
du sous-réseau de l'hôte !


8° Calcul de l'indentificateur de réseau


2° Calcul de l'adresse d'hôte d'après l'adresse IP

Inversement, à partir de l'adresse IP d'un hôte et le masque du sous-réseau dans lequel il réside
on peut calculer l'identificateur de l'hôte dans son sous-réseau Host ID .

Exemple tiré du réseau précédent,
rappelez-le en pointant ici :

Adres. IP = 11000000 10101000 10101010 01010111
MaskSsRés = 11111111 11111111 11111111 11000000
MaskSsRés/= 00000000 00000000 00000000 00111111
-------------------------------------------------
IP ET MSK/=
00000000 00000000 00000000 00010111
Nous obtenons l'adresse HostID de l'hôte dans le sous-réseau.

Explication :
Le masque de sous-réseau "MSK"a été inversé (tous ses bits ont été inversés)
ce que je représente par "MSK/" (MSK barre)

On a ensuite réalisé l'opération logique ET BIT-A-BIT
. entre ce masque inversé et l'adresse IP
On a obtenu l'adresse locale HostID de l'hôte IP dans son sous-réseau.

Remarque : Relation entre SubNet ID et HostID

Il est clair, par construction même, que si vous faites une opération
"OU BIT-A-BIT" (
BITWISE OR )
entre la "SubNet ID" et la "Host ID"
vous obtenez automatiquement et dans tous les cas l'adresse IP unique de l'hôte.

Exemple tiré du réseau précédent,
rappelez-le en pointant ici :

SubNet ID = 11000000 10101000 10101010 01000000 - Déc. 192.168.170.64
Host - ID
= 00000000 00000000 00000000 00010111 - Déc. 0.0.0.23
-----------------------------------------------------------------------------------------------------
Adres. IP = 11000000 10101000 10101010 01010111 - Déc. 192.168.170.87

Résumé
Opérande 1
Opérateur
Opérande 2
Résultat
Adresse IP
ET BIT-à-BIT
MasqueSsRés
Adresse du sous-réseau : SubNet ID
Adresse IP
ET BIT-à-BIT
MasqueSsRés/
Adr. de l'hôte dans son sous-réseau : Host ID
SubNet ID
OU BIT-à-BIT
Host ID
Adresse IP


Un autre exemple ?


On nous donne cette fois, l'adresse IP d'un hôte : 192.45.35.9
et le masque du sous-réseau qui le contient: 255.255.240.0
On nous demande d'en déduire l'identificateur de sous-réseau auquel cette adrese appartient
et l'adresse de cet hôte dans ce sous-réseau.

Voici les opérations binaires permettant d'obtenir ces résultats.

MSK = Masque du sous-réseau : souvent appelée Subnet Mask
SsR = Adresse du sous-réseau : souvent appelée Net ID ou SubNet ID
Hôte : Adresse de l'hôte dans ce sous-réseau : souvent appelée Host ID ( ID Hôte)


Observez les opérations qui ont été effectuées :

  • Pour obtenir l'adresse du sous-réseau, on garde tels quels les bits de l'adresse IP qui correspondent aux "1" du masque
    et on remplace les autres par "0".- C'est un "ET BOOLEEN" (
    BITWISE AND) entre l'adresse IP de l'hôte et le masque.

  • Pour obtenir l'adresse de l'hôte dans le sous-réseau on fait exactement l'inverse.
    C'est un "OU BOOLEEN EXCLUSIF" ( BITWISE XOR) entre l'adresse IP de l'hôte et le masque.



A le demande de certains lecteurs,
voici un petit supplément que vous pouvez lire en cliquant sur l'icône ci-dessous
Ceux qui n'éprouvent aucune difficulté peuvent continuer.

On peut être étonné que l'on ait choisi cette manière mathématique de former l'adresse d'hôte et celle du réseau.
Ces "ET" et "OU" sont en effet des opérations booléennes pénibles pour l'être humain.
N'oubliez pas cependant que ces opérations sont réalisées par la logique électronique combinatoire de l'interface.
Elle ne prend même pas 4 nanosecondes !


Allez, allez, un petit exercice : je vous donne une adresse IP et un masque de sous-réseau, dites moi l'adresse du sous-réseau et l'adresse de l'hôte dans ce sous-réseau, d'accord ?

IP = 192.87.37.19 - Masque de sous-réseau 255.255.252.0
Passez le curseur de la souris sur l'icône ci-contre pour voir la réponse :

Vous en voulez un autre ?

Voici un problème auquel sont toujours confrontés les gestionnaires de réseaux.

Vous devez créer 8 sous-réseaux d'étendue identique dans l'espace d'adressage : 192.168.160.0/19
Donner pour chacun de ces sous-réseaux :
1° L'adresse complète du sous-réseau. (Net Id)
2° L'adresse la plus basse pour un hôte de ce sous-réseau (First Host : FH)
3° L'adresse la plus haute pour un hôte de ce sous-réseau (Last Host : LH)
4° L'adresse de diffusion (Adressant tous les hôtes du sous-réseau)

Réponse ? Cliquez ici : mais.. essayez d'abord de trouver par vous-même... .

IPV6


1° Pourquoi a-t-on changé le système d'adressage IP ?


Le système d'adresses IP décrit ici est appelé IPV4. Les adresses y ont en effet un format de 4 octets.
Dans le langage courant, chaque adresse est exprimés en décimal.
Ex.: 192.168.32.25

En tant qu'exercice, je vous propose de traduire cette adresse en hexadécimal et binaire.
C'est une pratique courante pour un gestionnaire de réseau.
Contrôlez vos réponses en pointant ici :


Vu l'extension rapide du réseau mondial, donc du nombre d'hôtes, donc d'adresses disponibles nécessaires,
il s'est avéré nécessaire d'augmenter ce format à huit groupes de deux octets chacun.

Les fonctions d'IPV6 ne diffèrent pas d'IPV4.
Seuls le nombre d'adresses et la manière de les écrire dans le langage courant diffèrent.

Ce nouveau système d'adressage s'appelle IPV6.

IPV4 et IPV6 restent cependant copatibles...heureusement !

Les adresses IPV4 s'écrivent, comme nous venons de le voir, sur 4 octets (32bits)
232 = 4 294 967 296 combinaisons possibles.

Les adresses IPV6 s'écrivent sur 16 octets (128 bits) :
2128 ~ 3 402 823 669 209 384 634 633 746 074 317 700 000 = combinaisons possibles.
(L'imprécision de ma calculatrice ne permet pas de déterminer les 5 derniers chiffres de ce nombre)

Une quantité astronomique d'adresses possibles même par habitant de la Planète !!!

2° Ecriture des adresses IPV6 dans un texte

D'après les spécifications officielles extraites du document RFC4291
diffusé par "Network Working Group" en Février 2006.

Comme dans la convention IPV4, l'écriture de ces adresses en binaire est ineffective
lorsqu'il s'agit de les désigner par la parole ou sur un texte.
Il faut trouver plus pratique.

Cependant, la personne chargée de configurer des réseaux & sous-réseaux
devra savoir aiséùent effectuer les conversions décimal / hexadécimal / binaire

Au lieu d'être exprimés en décimal sur 4 octets comme en IPV4 (Ex. 192.168.32.25),
les adresse IPV6 elles sont exprimées en héxadécimal sur 16 octets
Exemple d'adresse IPV6

1fff:3abf:0a88:85a3:0013:000a:1fab:83c1

Chaque groupe de 2 octets est séparé du suivant par " : "

Exercice 1 : traduire ces nombres en décimal.
C'est un pur exercice d'entraînement,
car il est inutile de le faire en pratique vu qu'en IPV6 on doit les écrire en haxadécimal.
Réponse ici :

Exercice 2 : Traduire l'adresse IPV6 ci-dessus en binaire.
En revanche, cet exercice est courant en pratique
vu que le sopérations de masquage portent sur des adresse en biaire.
Réponse ici :

Traitement des zéros non significatifs
(zéros précédant les chiffres significatifs)

Ils peuvent être omis jusqu'à 3 zéros consécutifs dans chaque groupe de 4 chiffres hexadécimaux (16 bits).
(pas plus de trois zéros par groupe de 4 chiffres, sinon il ne resterait plus rien !)

Exemple, l'adresse IPV6 suivante :
1fff:3abf:0a88:85a3:0013:000a:1fab:83c1
peut également être écrite :
1fff:3abf:a88:85a3:13:a:1fab:83c1

Notation abrégée des groupes de 4 chiffres hexadécimaux nuls

Les groupes de 4 chiffres hexadécimaux nuls peuvent être remplacés par deux points (" :: ")

Exemple : 3 écritures équivalentes :
1fff:0000:a88:85a3:13:0000:1fab:83c1
1fff:0:a88:85a3:13:0:1fab:83c1
1fff::a88:85a3:13::1fab:83c1

Finalement :
1fff::a88:85a3:13::1fab:83c1

Remarque générale :
J'ai souvent employé la formule "peuvent être remplacés"
pour indiquer que les remplacements indiqués ci-dessus ne sont pas obligatoires.
Leur seul but est de permettre de simplifient l'écriture.

3° Normalisation des réseaux

Tant qu'un réseau privé d'entreprise n'accède pas au réseau public
son responsable peut créer autant de sous-réseaux qu'il le souhaite et les dimensionner à sa guise.

Mais s'il se relie au réseau mondial, il devra respecter certaines règles.

Elles sont expliquées en page suivante.
D'abord dans la version IPV4 (c'est plus simple)
Puis dans la version IPV6 où le principe est le même, mais l'écriture des adresses diffère d'IPV4.


Orientation

Choix par Menu ou Parcours Séquentiel
 
Avant :
TCP / IP
  
Suite :
Réseaux IP

 
Sommaire

du Site
Sommaire "Réseaux"
Sommaire "Signaux"
Sommaire "Transmission de signaux"