Des notes destinées à éclaircir certains points
ou à apporter d'intéressants suppléments d'information
sont programmées pour apparaître lorsqu'on passe le curseur de souris
sur des icônes telles que
          
Pour des raisons de sécurité, certains navigateurs
bloquent l'apparition de ces notes (programmées en JavaScript) .
Des précieuses informations, exercices, réponses, aidant à comprendre,
à se repérer, à étendre ses connaisances sont alors perdues.

AUTORISEZ DONC VOTRE NAVIGATEUR A OUVRIR CES SCRIPTS !

Ce site n'a aucun but commercial !

xDSL - ADSL
Asymetric Digital Subscriber Line
Ligne numérique asymétrique d'abonné
Sommaire

du Site

 

Choix par Menu ou Parcours Séquentiel
Avant :
  
Suite : : Bandes ADSL

L ' ADSL est une technique permettant de transmettre et de recevoir un flux de données numériques
de plusieurs mégabits par seconde à travers les lignes classiques d'abonné au téléphone
alors qu'avec les procédés initiaux des débuts d'Internet
ce débit était limité à seulement quelques dizaines de kilobits par seconde.
Il utilise la large bande passante d'une ligne d'abonné au-delà des fréquences vocales (0 à 4 kHz)
(bande que l'on qualifie parfois de "supravocale")
et des procédés de modulation (DMT) Discrète MultiTone, QAM Quadrature Amplitude Modulation)
permettant de créer sur le même support de transmission
de plus ou moins nombreuses voies indépendantes
que le dispositif combine automatiquement pour s'auto-adapter à la qualité de la ligne utilisée.
(auto-adaptation du débit à la bande passante maximale en fonction de la qualité de la ligne)

1 - Plan d'étude
Etant donné que la technique DSL met en oeuvre des concepts variés nécessitant pour certains des explications approfondies, je proposerai d'abord sur la présente page une étude générale rapide sans approfondissement.

A chaque étape, vous pourrez cliquer sur des liens qui donneront davantage de précisions sur le sujet annoncé.
On veut ainsi éviter que ceux qui connaissent bien telle question aient à suivre des explications connues.


Pour préparer l'étude des xDSL
DSL est une synthèse de plusieurs techniques concourantes.
Pour celles et ceux qui ne les connaîtraient pas ou peu,
d'autres chapitres de ce site traitent de chacune d'entre-elles.
En voici les thèmes principaux.
Liens
Téléphonie analogique P.O.T.S. le signal téléphonique, bande passante, multiplexage analogique.
Transmission en Bande de base - Transmission par modulation - Divers types de modulations
Les modems analogiques : principes, les principes de la modulation, RS232, Bauds..

2 - De quoi s'agit-il ?


D'abord ce nom XDSL ou ADSL etc... ?

DSL signifie "Digital Subscriber Line" : Ligne numérique d'abonné (abonné au téléphone).

Comme cette technique se décline en divers modes (symétrique, asymétrique etc.)
on fait précéder DSL de l'initiale du mode auquel on fait référence.
Le plus connu est le mode asymétrique : ADSL.

Mais vous trouverez aussi :

HDSL (High-bit-rate DSL) : 2 lignes
SDSL (Single Line - ou Symmetrical -DSL)
ADSL (Asymetric DSL) : 1 ligne
RADSL (Rate Adaptative DSL)
VDSL (Very high-bit-rate DSL)
etc.

 


Un paradoxe : les lignes téléphoniques des abonnés ont toujours été analogiques, pas numériques.
Elles le restent.

En fait le mot "digital" ou "numérique" ne se réfère pas à la nature de la ligne,
mais à la nature ou au mode de transmission du signal à travers elle.

Reste que jusqu'avant l'arrivée du DSL
le mode de transmission de la voix comme des donnéees était bel et bien analogique.

Le DSL émane d'un enjeu économique.

Les modems analogiques classiques fonctionnant sur le réseau RTC
étaient, de par leur technologie, limités à un débit de 56 kbps
.

L'internet ne pouvant raisonnablement se concevoir qu'en haut débit, il devait obligatoirement
emprunter des voies plus rapides. Par exemple le câble ou le satellite.

De nombreux opérateurs privés étaient prêts à saisir leur chance.
Dès lors, les opérateurs classiques qui avaient investi depuis plus d'un siècle
sur les infrastructures du réseau (câbles sous-terrains, centraux téléphoniques, etc)
voyaient le marché du haut débit leur échapper.

Et, au-delà, tout marché des télécommunications, car le haut débit
pouvait porter aussi la voix téléphonique.

L'internet haut débit ne pouvait se concevoir sur des lignes téléphoniques classiques
qu'au prix d'un saut téchnologique déterminant.

C'est la technique du DSL qui a permis d'obtenir le haut débit
en continuant d'exploiter, donc de rentabiliser, les lignes téléphoniques existantes.
En attendant la fibre optique...


3 - Comment çà marche ?

Les plus perfectionnés des modems analogiques classiques
ne permettaient pas de transmettre un signal numérique bien au delà de 56 kbit / s.

Les procédés de mudulation étaient pourtant très sophistiqués,
mais ce qui interdisait d'accéder aux hauts débits
c'était la faible bande passante allouée aux liaisons téléphoniques classiques.

Cette bande, appellée "canal voix" était limitée théoriquement à 0 Hz - 4 kHz,
pratiquement à 300 Hz - 3,3 kHz, et même moins pour certaines lignes défavorisées.

Les raisons de cette limitation n'étaient pas liées à la bande passante de la ligne elle-même,
mais à la nécessité de limiter cette bande en vue du multiplexage
des signaux entre centraux téléphoniques.

Vous trouverez des informations supplémentaires
sur le multiplexage des voies analogiques au lien :

Les lignes reliant les abonnés au central téléphonique ( dites boucles terminales d'abonné )
ont par elles-mêmes des bandes passantes beaucoup plus élevées.
Elles peuvent atteindre le Méga Hertz et bien au delà.
Voir dessin ci-dessous.

Vous trouverez des informations supplémentaires sur le réseau téléphonique au lien :

Les techniques DSL utiliseront la totalité de la bande passante de chaque ligne
au-delà de la voie phonique de 0-4kHz.

Et ce, conjointement avec les techniques de modulation les plus sophistiquées
que nous examinerons.

Mais il y a un problème de taille !

Toutes les lignes d'abonnés n'ont pas la même bande passante, il s'en faut.
Par ailleurs, les perturbateurs, agissent très différemment d'une ligne à l'autre
et dans des bandes de fréquences imprévisibles.

Ces travers dépendent énormément de la longueur de ces lignes,
c'est à dire de la distance de l'abonné au central.

Les techniques DSL devront donc prévoir leur auto-adaptation
constante à des conditions de transmission variables.

Une défaillance partielle de la ligne ne devra jamais se traduire par une augmentation
inacceptable du nombre d'erreurs de transmission, mais seulement par un
ralentissement du débit !

Nous allons voir dans la suite les méthodes mises en oeuvre pour obtenir ces résultats.


4 - La suite de l'étude

Dans la suite, nous allons examiner :

 

  • La disposition des signaux DSL dans la bande passante de la ligne :
    FDM & EC - Annulation d'écho

  • Les méthodes de modulation : QAM - CAP -

  • La disposition des cannaux DSL dans la bande passa,te de la ligne


 

Choix par Menu ou Parcours Séquentiel
Avant :
  
Suite : : Bandes ADSL

 


Sommaire

du Site


Retour à "Sommaire Signaux"
Retour à "Sommaire Transmission Signaux"
Retour à "Sommaire Réseaux"